NOUS sommes le POUVOIR.

NOUS sommes le POUVOIR

image

Focus:
"... Après plusieurs années de surveillance et de confontations, les Fédéraux décident d'en finir une bonne fois pour toute avec lui en 1979, après qu'il eut brûlé la Bannière étoilée devant le Bureau fédéral à Washington. Le lendemain, 12 février 1979, lorsqu'il rentre chez lui dans la réserve indienne des Shoshone Paiute, il trouve sa maison entièrement brûlée et apprend que sa belle-mère, sa femme enceinte ainsi que ses trois jeunes enfants ont péri dans l'incendie. Alors que John Trudell accuse publiquement le FBI et dénonce un crime d'État, mais l'enquête mené par la police tribale conclue à un incendie accidentel..." 🙏


Nous sommes LE pouvoir – John Trudell
 » John Trudell : « Nous sommes le pouvoir »… Notre Histoire l’est aussi. [Discours prononcé le 18 Juillet 1980 au centre de survivances interculturel Amérindien…] >
« Je tiens à vous remercier tous d’être venus à cet endroit, et je tiens à vous remercier pour avoir été accueilli ici moi-même. Et je voudrais vous parler ce soir en l’honneur de chacun d’entre nous dans la lutte qui nous oppose à ceux qui ont perdu toutes relations avec le monde des esprits. Je voudrais parler en l’honneur du Vent, l’un des éléments naturels.
Il s’agit d’un rassemblement de survie et l’une des choses que je vous souhaite à tous apprendre pendant que vous êtes ici, c’est d’apprécier l’énergie et la puissance des éléments que sont le soleil, la pluie et le vent. J’espère que vous allez sortir d’ici en ayant compris ce qu’est vraiment le pouvoir, la seule vraie puissance…
Le seul vrai Pouvoir, la seule vraie connexion que nous n’aurons jamais au Pouvoir, notre c’est notre relation à la Terre Mère.
Nous ne devons plus nous perdre dans la confusion. Nous ne devons plus nous laisser berner par leurs illusions. Il n’y a pas de puissance militaire. Il n’y a que du terrorisme militaire. Il n’y a pas de puissance économique. Il n’y a seulement qu’une économie et un marché d’illusions, de leurres, dont nous sommes devenus les esclaves. C’est cela qu’il nous faut réapprendre à regarder : ceux à qui vous déléguer le pouvoir n’ont que le pouvoir que vous leur portez…. Mais en réalité ils n’ont aucun véritable pouvoir dans leurs mains : ce prétendu pouvoir n’est que de l’oppression.
La puissance est en nous car nous sommes une partie naturelle de la Terre. Nous sommes une extension de la terre, nous ne sommes pas séparés d’elle. Nous en faisons partie. La Terre est notre mère. La Terre est un esprit, et nous sommes un prolongement de cet esprit. Nous sommes esprit. Nous sommes le pouvoir. Ils veulent nous faire croire que nous devons croire en eux, que nous devons assumer ces identités des consommateurs et ces identités politiques, ces identités religieuses et ces identités raciales. Ils veulent nous séparer de l’essence même de la Vie. Ils veulent nous séparer de qui nous sommes.
C’est un Génocide perpétuel.
Ils ont essayé de prendre et de supprimer notre identité naturelle, notre lien spirituel naturel avec la Terre.
Mais nous avons survécu…
Comme les peuples autochtones de l’hémisphère occidental, nous avons appris à lutter et à vivre en raison de la lutte de notre vie. Nous avons appris à vivre avec l’harmonie et le respect de Mère Nature. Mais Nous n’avons jamais oublié qui nous étions…
Et nous sommes toujours présents.
Quand je parcoure l’Europe ou l’Amérique et que je vois la majeure partie de la population blanche, je me rends compte qu’ils ne se sentent pas opprimés, ils se sentent impuissants. Quand je retourne au sein de mon peuple, je constate que nous ne nous sentons pas impuissants. Nous nous sentons opprimés. Nous ne voulons pas participer à ce commerce. Nous avons toujours refusé. …
Ainsi, par delà le génocide physique qu’ils tentent d’infliger à nos vies, nous comprenons le génocide psychologique qu’ils ont déjà infligé à leur propre peuple …
Nous comprenons le compromis qu’ils veulent que nous fassions pour notre survie, que nous soyons asservis à eux, que nous perdions comme eux notre véritable connexion au pouvoir, notre véritable connexion à la terre…
Nous tous, Amérindiens, Autochtones, peuples premiers, allons avoir à agir en tant que passeurs et messagers. Nous allons devoir courir et agir comme autant d’enseignants. Nous allons avoir à parler à tous les gens qui daigneront écouter ce que nous pensons, ce que nous savons être juste, ces sens que nous avons préservé. Nous allons devoir trouver et inventer des façons de devenir une communication de nous-mêmes.
Ils ont peur de nous.
Nous devons toujours nous rappeler que chaque fois qu’ils ont crée un système, ce système s’est construit sur des mensonges et des trahisons. Tel est le propre de leurs commerces : la manipulation. Leurs pouvoirs ne sont que des faiblesses. Nous devons persister dans notre lutte et rester engagés dans notre résistance, comme nous l’avons toujours fait…
Peu importe combien de cellules de prison ils construisent et construiront.
Peu importe la corruption, le racisme, les mensonges et les coups qu’ils nous porterons, nous devons veiller par-dessus tout à ne jamais leur ressembler, à ne jamais devenir comme eux. Peu importe leurs détournements de sens et leurs inversions de la Vie. Peu importe leur nombre et peu importe leurs positions illusoires de «respectabilité». C’est notre droiture et notre intégrité qui fera la différence. Nous prenons la décision. Nous sommes le pouvoir.
Peu importe qu’ils nous exterminent car à quoi bon vivre sur ce lieu sacré, à quoi bon être ici si nous ne pouvons pas vivre avec dignité et respect ?
Peu importe ce qu’ils font de nous, peu importe comment ils nous frapperont, chaque fois qu’ils le font, nous devons continuer. Mais nous ne devons jamais devenir comme eux.
La seule chose qui m’a toujours tracassé au sujet des révolutions, c’est que chaque fois que j’ai rencontré des révolutionnaires ils ont agi simplement par haine de l’oppresseur. Ce que nous devons faire, c’est agir par amour pour notre peuple.
Peu importe qu’ils n’éprouvent jamais d’amour pour eux-mêmes ou pour la Terre, nous devons quant à nous toujours agir par amour pour le peuple et pour la terre. Nous ne devons jamais réagir comme ceux qui n’ont plus de sens.
Quelles que soient les chaînes, l’esclavage est l’esclavage. Nous devons évaluer nos valeurs. Nous devons nous débarrasser des concepts qu’ils nous ont obligés à apprendre. Nous devons partager les connaissances. Nous ne devons pas nous laisser entraîner dans leurs pièges. Quoi que nous fassions, nous devons le faire en tant que résistance, tout ce que nous faisons en tant que peuple, tout ce que nous faisons au nom du peuple et de la Terre, nous devons le faire avec humilité et avec gratitude pour ce que nous sommes et ce que nous avons. Mais nous ne devrions pas le faire avec fierté.
Parce que John Wayne est fier, les marines sont fiers. Les bombardiers B-52 sont fiers. Comment allons-nous obtenir notre libération, si nous prenons sur leurs caractéristiques ?
Il est temps pour nous tous de penser.
Nous devons comprendre qu’ils veulent que nous soyons paresseux dans nos esprits, serviles dans nos vies et (a)vides dans notre réflexion.
Ils veulent nous garder dans la confusion de sorte que nous continuions à croire en leurs un mensonges, les uns après les autres, comme ils ont pu les programmer dans leurs esprits, et dans leur société.
Mais regardez bien : tout leur système ne repose que sur des illusions.
Nous sommes le pouvoir. Et c’est la façon dont nous utilisons notre énergie qui permet à l’ennemi de nous abuser. Ou pas.
Notre résistance et notre lutte pour la survie doit être totale, absolue. Il ne peut ya avoir de demi-mesures. Ils ont interféré dans notre vie depuis le moment où nous sommes nés.
Nous sommes une partie naturelle de la terre. Et tous nos ancêtres, et toutes nos relations qui sont allés le monde des esprits, sont aussi là, présents en nous. Ils ont le pouvoir. Ils vont nous aider. Ils nous aideront à voir, à entendre, à comprendre, si nous sommes disposés à voir, à penser, à écouter. Nous ne sommes pas séparés d’eux parce qu’il n’y a nul autre endroit où aller. Notre seul endroit, c’est la Terre. Il s’agit de notre mère…
Regardez :
Il n’y a pas d’espoir pour ce système politique et économique.
La classe dirigeante, ces 1% qui contrôlent aujourd’hui l’ensemble de l’économie mondiale en exploitant le vivant, ne vont pas changer selon les règles politiques existantes.
Ils vont continuer à nous mentir, à faire des promesses et ils vont continuer à créer l’illusion de «changements»,… Tout en nous manipulant et en nous poussant les uns face aux autres.. Nous devons comprendre notre rôle en tant que puissance naturelle.
Nous devons comprendre que lorsque notre oppresseur nous traite de cette façon nous sommes responsables : nous lui permettons de le faire tant que nous acceptons ses mensonges. Aussi longtemps que tolérerons ses mensonges, aussi longtemps nous tolérerons sa brutalité, aussi longtemps nous lui permettrons de nous maltraiter.
Regardez bien :
Ils n’ont pas de vrais pouvoirs, ils utilisent la peur, l’illusion, l’oppression, ils manipulent la vie et exploitent le vivant, ils déforment et inversent les sens, dénaturent le vivant…
Ils appellent cela être « fort », être « puissant »…
Mais ce n’est que faiblesses, bassesses et illusions.
Ils ne peuvent pas arrêter le vent et ils ne peuvent pas arrêter la pluie.
Ils ne peuvent pas arrêter le tremblement de terre ni le volcan ni la tornade.
Nous devons être prêts dans notre vie pour faire face à la réalité.
Ce n’est pas la révolution que nous recherchons, c’est la libération.
Il y a eu beaucoup de révolutions sociales en Amérique et en Europe. Il y a eu de nombreuses organisations sociales. Il y a eu des mouvements des droits des femmes, il y a eu des mouvements de défense des droits égaux, il y a eu des mouvements syndicaux.
Et regardez ce qui contrôle encore nos vies.
Nous avons à faire face à cette réalité.
Beaucoup sont passé avant. Beaucoup ont parlé avant. Beaucoup ont essayé avant…
Mais quelque part, ils n’ont pas mis tout cela ensemble, la raison étant qu’ils ont toujours tenté de changer les conditions sociales sans aborder la question de notre relation primordiale à la Vie, à la Terre, au vivant.
Ce n’est pas la révolution que nous recherchons, c’est la libération.
Nous voulons être libres d’un système de valeurs qui a nous été imposé.
Nous ne voulons pas participer à ce système de valeurs.
Nous ne voulons pas changer ce système de valeurs.
Nous voulons le retirer de nos vies à jamais.
Ce n’est pas la révolution que nous recherchons, c’est la libération. La libération.
Nous voulons être libres.
Mais, pour que nous soyons libres, nous devons assumer nos responsabilités en tant que puissance, en tant qu’individus, en tant qu’esprit, en tant que peuple.
Nous devons aller au-delà de l’arrogance des droits de l’homme.
Nous devons aller au-delà de l’ignorance des droits civils.
Nous devons entrer dans la réalité des droits naturels, car l’ensemble du monde naturel a droit à l’existence. Nous sommes seulement une petite partie de celui-ci.
Nous sommes un lien spirituel avec la terre. En tant qu’individus nous avons le pouvoir et, collectivement, nous avons la même puissance que le tremblement de terre, la tornade, et les ouragans. Nous avons ce potentiel. Nous avons cet égard.
Nous ne devons plus faire aucun compromis avec eux. Ils ne peuvent pas arrêter le vrai pouvoir de cette Terre et de la vie : ils ne peuvent que continuer à le détruire jusqu’à ce qu’ils n’aient plus de supports, de vies à exploiter : alors ils apparaîtront tels qu’ils sont en réalité : dénués de sens.
Nous devons être prêts dans notre vie pour faire face à la réalité.
Nous ne devons plus nous leurrer.
Nous ne devons plus nous laisser berner.
Nous sommes un lien spirituel avec la terre.
Il faut d’abord apprendre à penser individuellement avant de pouvoir penser collectivement. (Ré)Apprendre à penser avec ses sentiments, dans un monde qui se joue de ses distorsions, pour sans cesse nous piéger… Dans un monde où la « loi du plus fort » s’appuie justement sur la manipulation et sur le saccage de nos émotions. Nous devons d’abord nous recentrer sur nos propres énergies, afin de ne plus laisser nos émotions parasitées, manipulées, dévorer nos sentiments. Nous devons réapprendre à percevoir avec le cœur. Ce qui nous est livré comme étant « la Loi », « la règle », la logique « universelle » ou « supérieure » du « plus fort », n’est que la loi de l’oppresseur, la logique de notre propre oppression. C’est de cette prétendue « Loi » que nous devons nous libérer pour redevenir des êtres humains. Le véritable pouvoir est au delà des gouvernements et de leurs directives, le véritable pouvoir de l’Homme est dans sa capacité à aimer, dans sa capacité à assumer ou pas sa propre responsabilité à la vie.
Nous devons être prêts dans notre vie pour faire face à la réalité.
Nous ne devons plus nous leurrer.
Nous ne devons plus nous laisser berner.
Nous sommes le peuple.
Nous sommes un lien spirituel avec la terre.
En tant qu’individus nous avons le pouvoir et, collectivement, nous avons la même puissance que le tremblement de terre, la tornade, et les ouragans. Nous avons ce potentiel. Nous avons cet égard. Nous sommes le pouvoir.
Mais il faut plus que de bonnes intentions. Il nous faut prendre l’engagement.
Cela signifie que, à un certain moment dans nos vies, nous allons devoir décider du mode de vie à suivre sur cette Terre, et nous allons devoir vivre ce mode de vie, même en étant minoritaires, même si nos ennemis nous entourent totalement, même si nos ennemis continuent d’agir contre nous avec leur brutalité, leur dureté et leurs bassesses emplies de mensonges et de corruption.
Nous allons avoir à nous lever face à la brutalité et la dureté, face aux bassesses, face à tous ces mensonges et ces corruptions.
Nous vivons dans une société technologique qui crée beaucoup d’illusions de la réalité … Cette civilisation est l’entité la plus irresponsable de se comporter qui ait jamais vécue sur cette planète. Cette civilisation n’est pas une question de responsabilité, elle est fondée sur la manipulation, la culpabilité, l’agressivité, la perversité et la banalisation de tous les comportements malsains qui en découlent. C’est un monde d’ombres …
Le monde réel ne retrouvera sa lumière que lorsque chacun d’entre nous assumera sa propre responsabilité à la vie.
Telle est la lutte, tel est le but : La libération.
La libération de la Terre, de notre mère, de la mère du vivant.
C’est seulement en libérant la Terre, en nous libérant de ceux qui la détruisent et la méprisent en exploitant le vivant, que nous pourrons enfin nous libérer.
C’est la seule manière d’agir au présent, à travers notre passé, notre Histoire, c’est ainsi que nous déterminerons le futur. Et le futur c’est maintenant.
Nous pouvons le faire.
C’est notre devoir.
Nous sommes le pouvoir. »
(John Trudell – speech called “We Are Power,” given on July 18, 1980 at the intercultural Survival Gathering)
[John Trudell est l’un des plus grand Poète et activiste Lakota, il est aussi l’ancien président et fondateur de l’A.I.M. (l’American Indian Movment). Sa femme enceinte, Tina Manning (également une militant de premier plan) et ses trois enfants ont péri dans un l’incendie criminel de sa propre maison (attribué au FBI), douze heures après qu’il ait publiquement brûlé un drapeau américain lors d’une manifestation à Washington. Il n’a jamais cessé d’écrire depuis et de lutter pour la survie culturelle de son peuple…]

La parole au peuple:
« Ce message aura mis 33 ans avant de nous parvenir, ici, en France, et en français, permettez ! New age ?… A chacun sa vision du monde et de la vie. J’ai fait ma part, une infime part en le traduisant. A chacun de faire la sienne, ou pas, en l’appliquant ou en restant complice du massacre…
J’ai pris ma position. Je sais ce que je ressens depuis que je suis enfant…
Saurons entendre sa voix, celles et ceux qui l’ont toujours portée en Soi, défendue et préservée en eux, dans leur âme d’enfant, par delà les coups et les humiliations portés par notre éducation et notre société de consommation… Mains-tenants !
A chacun de faire sa part.
A chacun de comprendre son histoire.
A chacun de déterminer clairement ses positions, sa façon de percevoir le monde et la vie, sans plus de faux-semblants, sans plus de compromis.
C’est notre façon de percevoir le monde et la vie qui détermine la façon dont le traitons et dont nous nous traitons nous-mêmes.
C’est notre façon d’être au monde qui détermine ce que nous sommes.
Ce que nous acceptons, tolérons, est ce qui continuera.
Nul ne sert plus de dénoncer, de montrer du doigt l’horreur qui s’étend tout en continuant à obéir aux « règles » qui la génèrent, tout en continuant de reproduire docilement et aveuglément les comportements ordinaires qui la génèrent.
Nous sommes tous responsables…
Nous sommes le vivant
Nous sommes le pouvoir »
Cyril Cossu » que je salue.
Être Humain ?

La mort ou la patrie nous vaincrons ENSEMBLE 👋! 🌺🌹

image

QUAND L'INJUSTICE DEVIENT LOI LA RÉSISTANCE DEVIENT UN DEVOIR.


image

image

image

image

La lutte continue. 🌹🌺

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s