Coluche – Le Chomeur

Coluche – Le Chomeur

 » Quand j’étais petit, je voulais être chômeur.
Maintenant, j’suis grand… je SUIS chômeur.

J’hésitais entre OUVRIER-chômeur et PATRON-chômeur…
Et puis, finalement, j’ai pris ouvrier.
Eh bien, j’ai bien fait : y a plus de choix.

Moi, j’ai été remplacé par une machine avec toute l’équipe de mecs qu’on était.
Ah, une machine super ! Elle fait tout le travail à notre place !
Elle le fait aussi bien que nous… sinon mieux.

Et puis, alors, la machine, ça a pas besoin de salaire, ça a pas besoin de repos, ça a pas besoin de vacances, c’est jamais malade !
Et le pire, ça a même pas besoin de travail !

Parce que tout le monde gueule : « Ouais, y a 3 millions de personnes qui réclament du travail… »
C’est pas vrai !!! … De l’argent leur suffirait.

Remarquez, le gouvernement s’en occupe, de l’emploi… Surtout du sien.
Il s’occupe de son emploi. Il veut pas perdre sa place.
C’est Lecanuet qui l’a dit à la télé : « Le gouvernement s’occupe de l’emploi. »
Lecanuet, c’est le maxi-tête : il a les dents à Sacha Distel et tout est rafistolé.
Lecanuet, il s’y connaît en emploi autant que Thierry Roland en danse classique !

Alors moi, euh, ça fait quatre ans que je suis chômeur.
Alors, j’suis rentré à la maison, ma femme me dit :
– « Tiens, tu vois, si j’avais eu du lard, j’t’aurais fait une omelette au lard.
Malheureusement, j’ai pas d’oeufs ! »

Ils disent : « C’est la crise… »
Mais la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres.
Je vois pas en quoi c’est une crise, moi : depuis que j’suis môme, j’entends dire, c’est fini, c’est plus comme avant.
Eh ben, tant mieux que cest plus comme avant… parce qu’avant, c’était tarte !

Les politiciens, moi vous savez, euh… Je les aime pas !
Non. Je porte à gauche…. Remarquez, enfin, je supporte à droite.

Alors, un homme politique, si vous voulez, c’est d’abord un homme qui s’occupe de sa carrière.
Et puis une fois qu’il est arrivé à un poste assez important alors, à ce moment-là, il met du pognon de côté.
Il commence à magouiller dans des affaires de gouvernement, avec des tierces personnes… « hommes de paille » qu’on appelle…
Et y r’mettent du pognon de côté, parce que ça dure pas un homme politique, mais ils récupèrent l’argent après.
… « Bien mal acquis ne profite qu’après ! »

Le problème du chômage, c’est que les politiciens s’intéressent qu’à eux.

Et oui, y a des hommes politiques, pour briller en société, ils mangeraient du cirage, hein.
C’est-à-dire que c’est une profession où il vaut mieux avoir des relations que des remords, c’est préférable…

Y paraît que homme politique, c’est très facile dans la journée…
Le plus dur, c’est la nuit, c’est de dormir avec les yeux ouverts…
Parce que y en a qui ont une conscience !

Vous avez remarqué ? Les salauds au cinéma sont toujours punis à la fin…
Tandis qu’à la télé, c’est toujours les mêmes…

Moi je sais, j’en ai vu un au marché….
Non, il fait pas ses courses… Il vient serrer la cuillère aux mecs pour être élu.
Ouais, ben dis donc, quand il te serre la main, t’as intérêt à recompter tes doigts !
Il est pas voleur le mec…

Moi, les hommes politiques, j’appelle ça des timbres… Des timbres, vous voyez ?
De face, ils vous sourient, ils sont figés…
Si jamais vous leur passez la main sur le dos, alors là, ça colle, vous en sortez plus !

Ah oui, mais alors, au début du septennat, y’a toujours un état de grâce.
Eh ben, au début c’est les trois mois…
Et au bout d’un an du nouveau gouvernement, la garantie est foutue.

Alors vous, vous pouvez proposer toutes les solutions…
Eux, ils disent « oui », ou ils disent « non ».
Comme disait mon père : « L’avenir appartient à ceux qui ont le véto ! »

Alors, en tant que chômeur, je remercie tous les enfoirés.
– Je remercie les enfoirés de gauche qui nous ont fait croire que c’était la droite qui savait pas gérer…
Et que c’était pour ça qu’on était dans la merde.
– Je remercie les enfoirés de droite qui nous ont fait croire que c’était à cause de ce qu’avait fait la gauche qu’on s’en sortait plus.
– Je remercie les enfoirés de patrons qui nous ont fait croire que c’était à cause de l’Etat qu’on arrivait pas à s’en sortir.
– Et je remercie les enfoirés de syndicalistes qui nous ont fait croire que c’était la faute aux patrons.

Tous se rejettent la faute les uns sur les autres.
Finalement, qui c’est qui l’a dans le cul ?
C’est nous !… C’est eux qui ont un cul.
Et puis, les politiciens, ils ont tous les droits :
affaires Markovic, de Broglie, affaires du Canard enchaîné, de Bokassa, de Boulin, des avions renifleurs, …, tu peux rien dire…
C’est le pot de fer contre le pot de vin.

Enfin, si tu veux, il y a deux sortes de justices :
Vous avez l’avocat qui connaît bien la loi…
Et vous avez l’avocat qui connaît bien le juge.

Et puis, les gros bonnets, on peut pas les attraper. C’est toujours la même chose !
Ouais ! Y en a des biens dans les hommes politiques…
Y a du beau, y a du bon… mais y a du bonnet… Y a surtout du bonnet.

On n’est pas assez nombreux ! Le truc, c’est qu’on n’est pas assez nombreux !

Après tout, peut-être que les chômeurs votent pour qu’on les prenne pour des travailleurs ?

Attention, moi, je suis chômeur.
Mais l’Etat me paie pour résoudre la crise : Il me verse une allocation, et moi je cherche du travail… et j’en trouve pas.
Et si j’en trouve, j’lui dis pas.
Et dès que j’reçois l’allocation tous les mois, j’m’achète « Modes et Travaux »…
Parce que dans Modes et Travaux, y a des patrons en papier de soie. Y a rien de plus agréable que de s’torcher le cul avec un patron quand on est chômeur…

Enfin, y faut quand même pas qu’on s’plaigne !
Cette année, on a eu le TGV…
L’année prochaine, on aura les rails.
Ah, le monde est comme ça, quoi !

Karpov et Kasparov tirent au sort pour savoir qui aura les blancs…
Et en Afrique du Sud, Botah tire au hasard pour savoir qui aura les Noirs.

Enfin, nous en France, on n’en est quand même pas là, quoi !
Evidemment, y a l’extrême droite : à bon entendeur, SALAUD !
Enfin, dans l’ensemble on fait encore la différence entre un émir et un Arabe…

L’extrême droite a 10% en France… comme les imprésarios.
Sauf que les imprésarios crachent pas sur le noir en général !
Comme disait Jean-Marie :
– « Il ne faut rien jeter par la portière dans les trains, parce qu’on peut blesser un ouvrier… voire un Français ! »

Maintenant, j’ai trouvé une combine : je milite !
A chaque fois que je prends le taxi, je donne pas de pourboire, et j’lui dis :
– « Vous vous rappellerez, hein ? …
J’suis du RPR ! »

Enfin, je suis quand même content de savoir que ça fait quatre ans que je chôme, et que ça a servi à la carrière d’un homme politique ou deux.
Voilà, je suis très content !

Mais la prochaine fois, je saurais quoi voter…
Je ferai comme dans la publicité :
– « Votez, éliminez !… VOTEZ, ÉLIMINEZ !!!!

(c) Coluche »

La lutte continue. 🌹🌺

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s